Le vivrensemble… pour mieux saucer

Posté par gramier le 2 mai 2011

liensocial.jpg

Non mais que ne faut-il pas lire, encore, encore et toujours ! Que l’on se perde sur ce repaire de profs de géo frustrés qui se croient encore capables de faire de la politique internationale du fond de leur collège alors qu’ils n’arrivent même pas à maîtriser leur classe de 6ème – d’aucuns plus futés que les autres, auront reconnus tout de suite le site Agoravox – ou que l’on épluche les pages de l’Express, du Point, de Marianne ou qu’enfin on regarde religieusement le Grand Journal des faux-culs sur Canal, on n’aura l’impression réelle que ce qu’il faut aujourd’hui à la France, c’est du « vivrensemble » et du « lien social » et autre bombon au miel.   

Quel stupidité, quel slogan de sauceurs relayé par des aigris, des rancuniers, Cassandres cheap à deux liards le pot ! Alors voilà, priorité de la France, selon eux, pour pouvoir rester en tête dans la compétition mondiale: la fête des voisins, l’immigration, des postures droit-de-l-hommistes, une « vraie réponse au profond mal-être » des classes populaires et au « pessimisme » ? Laissez moi rire de toutes mes dents jaunes à force de sauce-curry. Les Français ont jusqu’alors été abusés par ce genre de discours de faibles qui les ont rendus encore plus faibles qu’ils n’étaient déjà. Et c’est ainsi que l’on retrouve une Marine hurlant, harangant la cantonade perdue, à la façon d’une Pasionaria de marché gare qui voudrait vous refiler sa morue qui sent fort, ce 1er Mai.

Ce qu’à compris Marine Le Pen c’est que les Français, et notamment les ouvriers, attendent un discours de guerre et pas un discours de « pacification » débile qui ne fera que ramollir un peu plus encore la volonté déjà éteinte d’un peuple français à la dérive… c’est en tout ce que l’on s’emploie à lui faire croire. Ce discours est tout aussi dangereux que celui de Marine et ses amis!

Oui, c’est extrêmement dangereux de vouloir convaincre à des fins électoralistes et saucières que les principes fondamentaux de la France ont été sapés par Sarkozy. C’est une réaction de parisien delanoïste qui pense Vélib’ et Agnès b et Ligne 7 bis. Le monde entier se bat pour affirmer des nouvelles idées, pour conquérir des marchés, pour des nouvelles technologies, pour faire plus d’efforts en faveur d’un développement durable, et à nous, ce que la plupart de nos hommes politiques nous servent c’est la soupe au misérabilisme – et sans sauce rouille - de l’horreur vécue par les « Pauvres petits français touchés bien durement, victimes du grand capital et de leur vilain Président ». Toute épithète accolée à la situation de la France n’est qu’expression souffreteuse d’un pays de geignards.  Les Français sont d’abord victimes de leur manque de courage.

Mais que les bien-penseurs républicains se le tiennent pour dit, ce n’est sûrement pas le discours du cocon et du « t’as bobo, vient maman va faire bisou magique à son sucre d’orge » qui fonctionnera. Les Français chougnent mais ils ne sont, normalement, pas dupes. La chose est arrêtée: ils attendent un combattant, un nouvel Alexandre. Et celui-ci pourra être aussi bien DSK que Sarkozy mais sûrement pas les faibles: Hollande, Borloo ni Bayrou avec leur monde de Minimoys et deMaximonstres.

Ensuite, le problème de l’actuel directeur du FMI vient de ce qu’en Grèce, il n’était pas en campagne, ce n’était pas sa mission que de dorloter les Hellènes. En France, en campagne, avec les sur diplômés en médecine sociale dont il sera flanqué, ce sera complexe… il terminera comme toute bonne baudruche qu’il est.

Les Français veulent des emplois, les Français veulent un pays qui compte et fasse entendre sa voix dans le concert de hard des nations. Alors qu’il y ait un discours vrai, un discours fort, et qu’on nous lâche la grappe avec le « vivrensemble » : tout le monde s’en cogne si c’est pour toucher le RSA ! Le lien social viendra mais avec la bataille, pas en éructant comme en temps de gastro, les principes fondateurs de « liberté, égalité, fraternité » comme s’ils étaient « en panne» dans notre pays. On n’oblige pas les gens à être solidaires et à s’aimer les uns les autres avec des discours dans lesquels on célèbre sans discontinuer  le côté « pluriel » de tout, même de la soupe de navets, mais avec des actes et des résultats! 

Pas un président gentillet, pas un président calme, pas un président consensuel, pas un président pur de tout péché, non : un chef, un général, un leader, un meneur, un vrai, pas un épouvantaille. 

J’ajouterai, pour terminer, que ce n’est pas en pleine sortie de crise qu’il serait le plus judicieux de changer d’administration, de gouvernement, d’institutions, etc… Cela apporterait le chaos. Non, faut serrer les dents, on est sur la bonne voie, et quand les choses se seront un peu calmées, oui, on pourra penser de nouveau aux fioritures. Pour l’instant, la priorité n’est pas là ! 

Laisser un commentaire

 

bucephal77500 |
Séjour solidaire entre géné... |
vivre autrement |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Constitution Marocaine
| RCD game over
| Les bonnes manières .